Gérant dans son restaurant

Les 4 étapes pour ouvrir un fast-food 

Louis de Champs
26 septembre 2022

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

This is some text inside of a div block.
 — 
This is some text inside of a div block.
 Min read
 — 
This is some text inside of a div block.

Le chemin pour ouvrir un fast-food est jalonné de démarches administratives dont dépend la réussite de votre projet. Pour ne rien oublier, nous vous guidons à travers les 4 grandes étapes : définir votre concept de restauration rapide, réaliser votre business plan, respecter les obligations légales propres aux restaurateurs et budgétiser vos dépenses. 

Autant de facteurs sur lesquels vous avez de l’influence et qui maximiseront vos chances de réussite.

1. Définir son concept de restauration rapide

Les hamburgers, sandwichs, pizzas ou encore sushis et tacos sont particulièrement adaptés à la restauration rapide. Cependant, pour répondre à l’exigence grandissante des Français, des restaurants offrant des menus plus sains et naturels (salades, poké bowls, jus) se sont positionnés sur le marché de la restauration rapide.

Cela dit, votre choix doit aussi être guidé par la volonté de vous distinguer de vos concurrents tout en répondant au besoin d’un public cible. Pour cela, réfléchissez à une thématique, au marché, au service (à table, à emporter, bar, buffet), à l’ambiance, au cadre, à la nourriture servie ainsi qu’à la musique et au nom de votre établissement.

Restaurant Bao's

2. Dresser son business plan

L’ouverture d’un fast-food ne se fait pas du jour au lendemain, cela demande un gros investissement de temps, d’argent et d’énergie et passe notamment par la réalisation d’un business plan. 

Réaliser une étude de marché 

Avant d’entreprendre une quelconque ouverture de restaurant, la première des choses à faire est une étude de marché complète et détaillée du secteur visé. 

Assurez-vous que votre restaurant offre une expérience différente et qu’il trouvera son public. Hors de question de vous lancer si le marché est déjà saturé. Il vous faut, pour cela, collecter des informations sur vos concurrents et les perspectives d’évolutions. 

  • Observez et analysez les tendances et perspectives du marché.
  • Étudiez l’offre et le concept de chaque restaurant présent dans le secteur que vous ciblez.
  • Étendez vos recherches géographiques un peu plus loin pour savoir si d’autres établissements présentent une offre similaire à la vôtre. 
  • Consultez les avis laissés par les clients en ligne et n’hésitez pas à tester leurs produits. 
  • Observez leur communication, leur clientèle, leurs modes de distribution, les technologies utilisées, etc. 

Bref, rassemblez un maximum d’informations sur le marché et vos potentiels concurrents. Vous pourrez ainsi savoir s’il reste de la place sur le marché pour votre concept, surtout si vous visez la même audience. 

Définir le statut juridique et formalités de création de son fast-food

En indépendant

Vous possédez et gérez votre propre restaurant et vous seul prenez les décisions. Pour se lancer dans cette aventure en solo, mieux vaut avoir un esprit entrepreneurial aiguisé. 

Au sein d’un réseau franchisé

En rejoignant un réseau de franchise comme La Mie Câline, Amorino ou Chamas Tacos, que nous connaissons bien chez Innovorder, vous bénéficiez d’une image de marque déjà établie, d’un savoir-faire, de lignes directrices et d’un accompagnement de l’enseigne. En échange de cela, vous devez vous acquitter de redevances de fonctionnement et de publicité.

👉 Pour aller plus loin : Ouvrir sa franchise en restauration rapide

En partenariat 

L’autre option, pour ouvrir votre restaurant tout en restant aux commandes, est de vous associer à un partenaire partageant la même vision et les mêmes valeurs que vous. Un profil complémentaire aux vôtres en termes de compétences serait un plus !

Pour créer votre entreprise de restauration rapide, il vous faudra définir le statut juridique de celle-ci :

  • le statut d'auto-entrepreneur est uniquement adapté aux petits restaurants sans salariés,
  • si vous lancez votre fast-food seul, vous pouvez opter pour une SASU ou une EURL,
  • Si vous ouvrez votre restaurant avec plusieurs associés ou actionnaires, alors, la SARL ou la SAS semblent plus adaptées. 

De cette démarche dépendent les formalités à accomplir pour créer votre entreprise. 

Etablir les prévisions financières et le financement

Une partie de votre business plan doit être dédiée à vos projections financières (dépenses et gains). À l’issue de cela, vous et les différentes parties prenantes devez être en mesure de savoir si votre projet est rentable, solide et cohérent financièrement.

Voici les informations qui devront figurer dans votre document : 

  • un compte de résultat prévisionnel,
  • un bilan prévisionnel,
  • un tableau de financement,
  • un tableau des investissements,
  • le calcul du besoin en fonds de roulement,
  • et le calcul du seuil de rentabilité.

Pour lancer votre restaurant, vous devez justifier d’un apport personnel équivalent à au moins 30 % de l’investissement total. Vous pouvez ensuite solliciter un crédit bancaire

Vous pouvez également envisager un financement participatif autrement appelé crowdfunding. Cela consiste à collecter des fonds auprès de votre communauté via des campagnes sur les réseaux sociaux ou d’événements. 

Une levée de fonds auprès de potentiels investisseurs est aussi une option, mais plus complexe à mettre en place.

Enfin, prenez le temps d’évaluer les différentes aides financières offertes par l’État. En fonction de votre situation et de votre projet d’entreprise, vous pourriez avoir le droit au Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise (NACRE) ou au Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes (FGIF).

Définir la meilleure stratégie marketing pour son restaurant

Un plan marketing sert à identifier les besoins et les attentes des consommateurs et à offrir une offre en adéquation avec ce public cible. Il se compose de 4 éléments. 

Votre offre

Votre 1ère mission est de déterminer les spécificités de votre offre : plats, conditionnement, qualité, etc.

Allez-vous vous positionner comme spécialiste ou comme un restaurant généraliste ? Allez-vous changer la carte régulièrement en suivant les saisons, miser sur une qualité premium et bio et un approvisionnement auprès de fournisseurs locaux ? 

Comptez-vous proposer des entrées, des plats, des desserts, des formules enfant, des menus végétariens, etc. ?

Quel parcours client souhaitez-vous offrir à vos clients ?

Le prix 

Vos prix doivent prendre en compte un certain nombre de critères internes et externes.

Contraintes internes :

  • coût de revient,
  • objectif de rentabilité,
  • positionnement (luxe, premium, bon marché, etc.).

Contraintes externes :

  • concurrence,
  • part de marché visée,
  • frais de transport et de distribution,
  • pouvoir d’achat des consommateurs cibles.

La communication

Votre communication doit servir votre notoriété et attirer de nouveaux clients, d’où son importance.

Elle doit être en accord avec le positionnement de votre restaurant ainsi que le public cible visé

Enfin, n’oubliez aucun support, qu’il soit digital (réseaux sociaux, Facebook Ads, site Internet) ou plus traditionnel (flyers, affiches, kakémono, etc.).

La distribution 

Vous devez également définir les canaux de distribution sur lesquels reposera votre stratégie commerciale.

Pour cela, nous vous conseillons de répondre aux questions suivantes : 

  • Le service sera-t-il assuré en salle ?
  • Vos clients auront-ils accès au click and collect (vente à emporter) ou à un drive ? 
  • Ferez-vous appel à des entreprises spécialisées dans le service de livraison ou engagerez-vous une équipe de livreurs ? 
  • Allez-vous faire des partenariats avec d’autres acteurs ?
  • Comptez-vous ouvrir votre concept à la franchise ? 

Pensez également à réfléchir à la manière dont vous allez gérer les stocks et comment seront transportés vos produits (main-d’œuvre, conditionnement).

Choisir l’emplacement idéal pour votre fast food

Pour déterminer l’emplacement de votre restaurant, faites en sorte qu’il soit en harmonie avec le concept, la nourriture et la clientèle. 

  • Définissez la superficie du local dont vous aurez besoin. 
  • Intéressez-vous au quartier et à la rue. Est-ce calme ou passant ? Est-ce fréquenté par votre public cible ? 
  • Étudiez la facilité d’accès et les possibilités pour se garer. 
  • Renseignez-vous sur le loyer et les restrictions. Jusqu’à quelle heure pouvez-vous faire du bruit ? Vous faire livrer par camion ?
  • Informez-vous sur les éventuels travaux dans les environs. 
  • Observez l’environnement : les entreprises, les parcs ou les routes voisines constituent-ils des atouts ou des obstacles à votre projet ? 
Restaurant Nampla

3. Respecter les obligations légales propres aux restaurateurs

En tant que restaurateur, vous êtes soumis à tout un tas d’obligations légales. Mais de quoi parle-t-on exactement ? 

L’immatriculation 

Pour lancer votre activité, vous devez immatriculer votre restaurant, autrement dit : déclarer son existence et votre activité. Une fois votre établissement inscrit et immatriculé sur le Registre du Commerce et des Sociétés, vous recevrez votre numéro Siren et votre Kbis. 

Vous devez également déclarer votre activité et l’identité de votre restaurant à la mairie où vous êtes rattaché, minimum 15 jours avant l’ouverture.

👉 Pour aller plus loin : Comment s’inscrire au Registre du Commerce des Sociétés

Les normes d’hygiène et de sécurité 

Votre restaurant est soumis à un certain nombre de règles d’hygiène et de sécurité. Celles-ci concernent la fabrication des aliments, le personnel et les équipements, le stockage de vos marchandises et l’eau.

Retenez qu’au moins 1 personne de votre équipe doit avoir suivi la formation à l’hygiène appelée HACCP (celle-ci dure environ 14 heures).

Pensez également à effectuer la déclaration obligatoire (formulaire 13984*06) qui vous autorise à manipuler des denrées alimentaires d’origine animale.

Votre restaurant appartenant à la catégorie des établissements recevant du public (ERP), vous devez également appliquer les règles en vigueur pour ce type de bâtiment. Cela vous donnera de précieuses informations quant aux normes d’incendies et d’accessibilité

La vente de boissons alcoolisées

Vous avez l’intention de servir de l’alcool au sein de votre restaurant ?

Alors, il vous faut remplir le Formulaire Cerfa 11542*05. Vous devrez ensuite suivre une formation obligatoire de 20 heures à l’issue de laquelle vous obtiendrez une licence professionnelle, aussi appelée permis d’exploitation. 

La musique dans le restaurant 

Pour pouvoir diffuser de la musique au sein de votre établissement, il est impératif de régler des droits d’auteur auprès de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique). Leur montant dépend de votre activité et de l’importance de votre restaurant. 

L’affichage obligatoire

Au sein de votre restaurant, certaines informations doivent être clairement visibles par les clients : 

  • les prix (taxes et services compris) à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement, 
  • les horaires d’ouverture, 
  • les différents moyens de paiement acceptés, 
  • l’origine des viandes.

4. Budgétiser vos dépenses

Les formalités pour ouvrir un fast-food

Les premiers frais à prendre en compte sont ceux liés à la création de votre entreprise. Il y a d’abord les honoraires des professionnels qui vont vous aider dans vos démarches (avocat, expert-comptable ou formaliste).

À cela, s’ajoutent les frais de publication d’une annonce légale (entre 150 € et 250 €).

Enfin, il vous faudra également tenir compte du coût d’immatriculation de votre société auprès du greffe compétent. Pour créer une société de type SASU, SARL ou EURL, les frais de greffe sont de à 41,50 €.

Le local

Le local représente un poste de dépense important dans votre budget.

À moins que vous ne l’achetiez en fonds propres, vous devrez forcément rembourser un emprunt bancaire ou verser un loyer au propriétaire de votre local chaque mois. 

Il vous faudra également tenir compte des frais de notaires liés à l’achat ainsi que du montant de la taxe foncière. Les frais de rénovation, s’il y en a, peuvent aussi alourdir votre facture. 

Le capital humain 

Seul, il est difficile d’assumer les rôles de comptable, chargé de communication, chef d’entreprise, chargé d’entretien et serveur. Toutefois, avant de vous lancer à corps perdu dans la chasse aux talents, posez-vous les questions suivantes : 

  • Quels types de postes avez-vous besoin en salle et en cuisine et quelles sont les compétences et qualités des profils pouvant correspondre à ces postes ? 
  • Souhaitez-vous manager vous-même ou engager quelqu’un qui gère le personnel ? 
  • Quelles sont les conditions salariales pour chacun de ces postes ? Comment allez-vous gérer les pourboires et prévoyez-vous des avantages en nature ? 
  • L’environnement de travail proposé est-il attractif ?
  • Quel est votre plan de formation 
  • Comptez-vous faire appel à des prestataires externes (Uber Eats, Deliveroo, etc.) ou à des livreurs salariés ?

👉 Pour aller plus loin : 9 astuces pour trouver du personnel en restauration

Le capital matériel 

Difficile d’imaginer un restaurant sans mobilier, décoration, vaisselle, ni matériel CHR professionnel !

Le matériel fait en effet partie des ressources indispensables à l’ouverture d’un restaurant rapide. En fonction du type d’établissement que vous souhaitez lancer (consommation sur place, à emporter ou en livraison), l’équipement de votre établissement sera plus ou moins conséquent. 

Pour la cuisine, les fournitures sont sensiblement les mêmes d’un restaurant à l’autre. Nous avons d’ailleurs consacré un article à ce sujet. 

👉 Pour aller plus loin : Fournitures pour votre restaurant : la liste complète

Les charges de fonctionnement

Les factures d’électricité, d’eau, de gaz, d’Internet font partie des coûts propres à votre activité professionnelle. Impossible de vous donner un montant précis, car cela varie en fonction de votre mode de chauffage, du type d’énergie utilisé par votre matériel CHR, du nombre de clients, etc.

La technologie

Ouvrir un restaurant sans l’équiper de solutions digitales est un pari risqué, surtout à l’heure où l’instantanéité des commandes est un facteur concurrentiel.

La technologie, en automatisant certains processus et en collectant des données, vous permet d’optimiser la gestion de votre restaurant, en salle comme en cuisine. En effet, celle-ci peut-être présente à chaque étape du parcours client, de la prise de commande, à l’encaissement en passant par la préparation en cuisine et le service. 

Chez Innovorder, nous accompagnons justement les restaurateurs ayant à cœur de fournir la meilleure expérience à leurs clients avec un écosystème digital complet :

Toutes ces solutions ont été pensées pour faciliter la vie des chefs d’entreprise, qui, comme vous, gèrent un établissement de restaurant rapide. 

👉 Pour aller plus loin : Bons de commande : papier ou numérique ?

Caisse enregistreuse certifiée NF525

L’achat et le stockage des marchandises

Pour honorer les commandes de vos clients, vous devez vous assurer que la matière première nécessaire à l’élaboration de leur plat soit disponible en temps et en heure. Vous devrez donc veiller à vous approvisionner en boissons, aliments et emballage de manière régulière. Le choix de vos fournisseurs est donc stratégique. Cela a un coût tout comme le stockage de ces produits. 

Les assurances

Il existe de nombreux risques dans la restauration : incendies, vol, brûlure, vandalisme, intoxication alimentaire, panne pour n’en citer que quelques-uns. Il est donc indispensable de souscrire une assurance responsabilité civile et une assurance multirisque. 

La première protège le restaurant des éventuels dommages causés aux clients, fournisseurs ou à des personnes tierces, dans le cadre de ses activités, qu’ils aient été causés par les employés, les bâtiments, le matériel, mais aussi l’alimentation.

La seconde permet de vous indemniser lorsqu’un risque majeur, affectant votre local ou les biens de votre restaurant, survient. Il s’agit donc d’une assurance du local commercial, mais aussi des biens. 

Vous devrez également souscrire à une mutuelle santé adaptée à la situation de vos employés. 

Enfin, sachez que vous pouvez opter pour une assurance arrêt du froid ou une garantie sommelier. 

Les frais en publicité, marketing et communication

Les dépenses en publicité, marketing et communication doivent faire partie du calcul de vos charges.

Voici quelques dépenses à ne pas négliger : 

  • la création d’un logo et d’un slogan, 
  • le design de vos menus, 
  • la création d’un site web, 
  • les campagnes sur les réseaux sociaux, 
  • les annonces dans des radios ou magazines locaux,  
  • les affiches annonçant l’ouverture de votre restaurant.

Enfin, pensez à ajouter à tout cela le montant de vos taxes et de garder une marge de manœuvre pour les imprévus. 

Voilà un guide sur lequel vous pouvez à présent compter pour mener à bien votre projet d’ouverture !

Et pour la digitalisation de votre restaurant, faites confiance à Innovorder ! Nous mettons la technologie au service de votre établissement pour améliorer la gestion de votre établissement, faciliter le pilotage de votre activité, offrir une meilleure expérience à vos clients et vous démarquer de la concurrence.

Contacter un expert
Vous aimez l'article ? Partagez-le !

Recevez conseils, témoignages, tendances et innovations en 1 clic !
Rejoignez notre newsletter.

Comme 7000 professionnels de la restauration,
inscrivez-vous à la newsletter qui va faire la différence pour votre restaurant !

Merci! Votre demande a été reçue !
Oups! Une erreur s'est produite lors de l'envoi du formulaire.